Une carrière au sein des institutions européennes

Mar 25, 2020 Ressources
Carriere communication union europenne

Une carrière au sein des institutions européennes

Chaque année, lorsque nous recevons nos nouveaux étudiants à l’AEJC, nous remarquons que tous sont déterminés à faire carrière dans les métiers du journalisme et de la communication et que la grande majorité d’entre eux s’imaginent clairement travailler pour le secteur privé à l’issue de leurs études.

Les carrières possibles dans le secteur public et plus particulièrement au sein des institutions européennes, ne sont pourtant pas négligeables. C’est pourquoi nous veillons à bien préparer nos étudiants aux multiples carrières qui s’offrent à eux.

Un poste en communication à l’Union Européenne ?

L’Union européenne réalise tant de missions à une telle échelle qu’il est essentiel de tenir le public et les médias informés de ses activités, et ce dans toutes les langues de l’union ainsi que dans d’autres langue internationalement majeure comme le chinois et l’arabe notamment. Les communicants de l’UE ont donc pour habitude de travailler sur de très nombreuses questions clés différentes. Il s’agit notamment de gérer l’engagement numérique de l’UE, d’assurer la liaison avec la presse sur les questions urgentes, d’élaborer et d’exécuter des campagnes de communication et de travailler dans le domaine des relations publiques pour mettre en évidence les résultats des activités de l’Union Européenne.

Parce que le travail de l’UE nous concerne tous au quotidien, il doit être ouvert et transparent. Cela signifie que le rôle des employés en communication est extrêmement important pour expliquer ce que fait l’UE, comment elle nous affecte et nous permettre d’en savoir plus. Il ne fait aucun doute que le travail de communicateur au sein de l’Union Européenne est absolument passionnant.

Zoom sur la carrière d’une de nos étudiantes

La carrière de Natacha Lehman l’a conduite au Canada, en Ukraine et à l’Assemblée générale des Nations unies à New York. Elle a travaillé sur des sujets allant de la fusion nucléaire à l’éducation, la formation et la jeunesse. Comme elle le dit : « C’est une carrière que je recommanderais volontiers ».

Après mon Master obtenu à l’AEJC, j’ai participé à la préparation des épreuves générales d’admission à l’UE auprès de epsotraining. Pleine de confiance, à l’issue de ma préparation avec epsotraining, je me suis donc engagée sur le concours de recrutement pour l’UE et, quelques mois plus tard, j’étais transférée à Bruxelles.
Annonce

J’ai immédiatement commencé à travailler pour la Commission. Ma première expérience s’est déroulée au sein des directions générales (DG) de l’éducation, de la formation et de la jeunesse, en tant qu’assistante en communication. Ces premières années ont été passionnantes pour moi, car je me suis déplacé dans les différents services de la Commission et j’ai participé à la mise en place des stratégies de communication concernant les nouvelles structures pour la politique étrangère et la sécurité commune. On peut dire que j’ai pu être au centre des premiers efforts pour que l’UE parle de manière plus cohérente en matière de politique étrangère et puisse mener ses propres opérations militaires et civiles, comme le soutien à la police et à la justice au Kosovo ou la force navale anti-piraterie au large de la Somalie. Ce travail impliquait également de se rendre au Canada, en Ukraine et à l’Assemblée générale des Nations unies à New York.

Je suis ensuite devenu le porte-parole pour la science et la recherche, un travail fascinant …

En 2009, j’ai commencé à m’occuper des relations avec les médias pour la Commission lorsque j’ai été recruté comme porte-parole pour l’emploi et les affaires sociales, travaillant directement avec le commissaire. Un porte-parole est le principal attaché de presse pour un sujet particulier. Il répond aux questions des journalistes, rédige des documents pour les médias, prépare le commissaire à ses activités médiatiques et organise des conférences de presse et des interviews. Je suis ensuite devenu le porte-parole pour la science et la recherche, un travail fascinant qui consiste à plaider pour que l’UE renforce sa base scientifique et d’innovation, et qui me permet, aujourd’hui encore, de participer à des projets étonnamment passionnants, tels que ITER, le projet de recherche sur la fusion nucléaire, et la thérapie de capture du noyau de bore, une nouvelle méthode prometteuse de traitement des cancers très agressifs.

C’est une carrière que je recommande vivement. Je ne dis pas que c’est facile, cela peut même être particulièrement stressant par moments. Il est difficile de décrire le sentiment d’accomplissement lorsque vous avez fait un exposé sur une question délicate, comme l’utilisation de cellules souches embryonnaires humaines dans la recherche, et que vous avez constaté que le message de la Commission a été bien compris et transmis aux lecteurs.

J’ai eu des emplois qui m’ont amené à voyager dans le monde entier et d’autres où l’étendue de mes déplacements était un voyage mensuel de mon bureau au bâtiment des conférences de la Commission. La Commission européenne offre des possibilités de carrière pour de nombreux secteurs au delà de la communication, par exemple aux vétérinaires, aux ingénieurs, aux scientifiques, aux médecins, aux linguistes, aux généralistes, aux professionnels des relations publiques, aux agronomes  … il y a sans aucun doute une direction générale de la Commission qui a besoin de vos compétences.

AEJC

ParAEJC